Thursday, October 29, 2009

Explicación resumida sobre el conflicto saharaui. Introducción perteneciente al programa Mundo Saharaui producido por Colours CG y Orange Productions. Guión y Producción: Juan Frutos. source: Colourscg / youtube
Témoignage de la femme Sahraouie Izana Amidane

Sahara Occidental / RASD : "Les Cubarahuis" des saharouis envoyés à cuba pour étudier dans leur enfance rentrent aujourd'hui chez eux dans les camps de réfugier saharaoui a tindouf

Lancement de la nouvelle chaine RASD TV

source: AlgerieInsolite / youtube

es la expresion de la juventud saharaui, source: hamdisario / youtube

La dernière escalade marocaine menace les négociationsLe processus de négociations entre le Maroc et le Front Polisario est aujourdhui sérieusement compromis par la politique de répression menée par les forces doccupation marocaines.Cest ce qua déclaré, hier, lambassadeur de la RASD à Alger, Brahim Ghali, lors dune conférence de presse, tenue au siège de la chancellerie. source: PolisarioFrance/youtube.

المغرب يشدد مراقبته الأمنية لحدوده مع موريتانيا
الرباط - متابعة 30/10/ 2009
يعتزم المغرب تشديد المراقبة على الحدود المغربية ـ الموريتانية في وقت صدرت تحذيرات في الرباط بأن المغرب لن يقف مكتوف الأيدي إزاء الذين يتعمدون استفزازه.
وزار وفد أمني يضم وزيرين ومسؤولين أمنيين مركز "غرغارات" الذي يبعد سبعة كيلومترات عن الحدود الموريتانية، والذي يعتبر المدخل البري الرئيسي للمغرب باتجاه أفريقيا الغربية.
ونقلت يومية "الشرق الأوسط " اللندنية عن وزير الداخلية شكيب بنموسى، قوله ان السلطات المغربية "ستتصدى بصرامة لكل الخلايا والأفراد الذين يحاولون استغلال هذا الموقع الحدودي للقيام بعمليات تهريب المخدرات أو الأسلحة أو الهجرة السرية أو الإرهاب".

وقالت وكالة المغرب العربي للأنباء إن وزير الداخلية، شكيب بنموسى، والوزير في الوزارة ذاتها، سعد حصار، يرافقهما الجنرال حسني بن سليمان قائد الدرك الملكي، والجنرال حميدو العنيكري المفتش العام للقوات المساعدة، والشرقي الضريس، المدير العام للأمن الوطني ، تفقدوا مركز «غرغارات» في إقليم أوسرد، واطلعوا على الوسائل المتوفرة للمراقبة والأمن، ورصد التنقل عبر الحدود بهذا المركز.

وأفادت مصادر رسمية أن المركز زود بجهاز متحرك لفحص الشاحنات والحاويات التي تعبر الحدود. وأشارت إلى أن الجهاز المتحرك سيتيح مراقبة الحدود مع موريتانيا "بطريقة أسرع وأكثر فعالية".
وقالت المصادر أيضا إن خططا وضعت لتحويل المعبر الحدودي "غرغارات" إلى مركز حضري يتوفر على كافة مرافق الخدمات.

وبلغ حجم تبادل السلع بمركز
"غرغارات" من يناير الماضي إلى أكتوبر الحالي، نحو 27 ألف طن. وكان المركز الذي فتح عام 2002 يعمل يومين في الأسبوع، وأصبح يعمل الآن يوميا
http://www.hespress.com/?browser=view&EgyxpID=16277


أبناء الجالية المغربية بهولندا يشرفون المغاربة خير تشريف !!!ء

اعتقال تعسفي في حق طالبين صحراويين بمدينة الدارالبيضاء المغربية
29/10/2009
اعتقلت الشرطة المغربية يوم الأربعاء بمدينة الدار البيضاء الطالبين الصحراويين ديحان عبدا لله فعراس والتومي بابا علي بمحطة القطار بعد اعتداء تعرضا له من قبل مواطنين مغاربة بالقطار الذي كان يقلهما من مدينة فاس المغربية، حسبما أفادت به وزارة المناطق المحتلة والجاليات.وجاء الاعتداء من قبل مواطنين مغاربة بعد أن سمعا أغنيه صحراوية في الهاتف النقال لإحداهما، حيث قاموا بالاستهزاء منهما وإهانتهما بمجموعة من الألفاظ الساقطة إلى أن فوجئا باعتقالهما من قبل عناصر الشرطة المغربية، التي قامت بنقلهما إلى إحدى مخافر الشرطة للتحقيق معهما في تهم تظل إلى حد الآن مجهولة.

Monday, October 26, 2009

محاكمات الصحف في المغرب


Tour de vis au Maroc
source: hespress

الحكم بحبس شقيقة المدافع الصحراوي عن حقوق الإنسان ابراهيم دحان شهرين سجنا نافذا 26/10/2009
أفاد بيان لتجمع المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان، أن سلطات الإحتلال المغربية حكمت اليوم الاثنين بمدينة سلا المغربية على المواطنة الصحراوية، السالكة دحان شقيقة معتقل الرأي الصحراوي إبراهيم دحان والبالغة من العمر 46 سنة، بالحبس شهرين سجنا نافذا.

واوضح التجمع ان المواطنة الصحراوية السالكة دحان التي هي أم لثمانية أبناء قد مثلت اليوم بدون دفاع أمام هيئة المحكمة التي اعتبرت الملف جاهزا وأدرجته في المناقشة والمداولة.

وجدير بالذكر ان اعتقال المواطنة الصحراوية جاء إثر محاولتها زيارة أخيها لأول مرة بالسجن بتاريخ 23 من هذا الشهر، حيث تعرضت للاعتقال من قبل إدارة السجن بسبب وجود مبلغ مالي لديها يقدر ب 500 درهم مغربية قبل أن يتم تسليمها إلى الشرطة القضائية بولاية الأمن بسلا، التي أحالتها بعد 48 ساعة من الحراسة النظرية على وكيل الملك بتاريخ 25 أكتوبر الجاري، والذي أمر بوضعها رهن الاعتقال بالسجن ذاته دون مراعاة لظروفها العائلية وللمسافة الطويلة التي قطعتها ولوضعها النفسي بعد اعتقال أخيها إبراهيم دحان رفقة 06 مدافعين صحراويين عن حقوق الإنسان بمطار محمد الخامس بالدار البيضاء المغربية .

وادان المكتب التنفيذي لتجمع المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان هذا الحكم القاسي الصادر ضد المواطنة الصحراوية السالكة دحان، والذي له دوافع انتقامية شوفينية بعد الحملة الشرسة والممنهجة التي بدأت بها الدولة المغربية ضد المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان وانتهت باعتقال ومحاكمة مواطنة صحراوية ذنبها الوحيد أنها حاولت زيارة شقيقها ففوجئت بسجنها بجناح النساء بذات السجن.
http://upes.org/body1.asp?field=sosio&id=5304

Pour vouloir visiter son frère en prison, la sœur de Brahim Dehane écope de deux mois de prison ferme
Rabat, 26/10/2009 (SPS) Un tribunal marocain de Rabat a condamné, lundi, à deux mois de prison ferme, Mme Salka Dehane, la sœur de l’activiste sahraoui Brahim Dehane, enlevé le 8 octobre dernier à Casablanca avec six de ses compagnons, incarcérés à la prison de Salé Rabat en instance d’être traduite devant une cour martiale, a-t-on appris de source proche de sa famille.Les autorités marocaines reproche à Mme Salka (46 ans et mère de huit enfants) d’avoir en sa possession une somme de 500 dirhams (44 euros) au moment où elle voulait visiter son frère le 23 octobre dernier, emprisonné à son retour des camps de réfugiés sahraouis."Le procès s’est tenu à la hâte et sans la défense de l’inculpé", selon sa famille, qui indique qu’elle est actuellement dans la même prison de Salé que son frère, dénonçant "le chauvinisme et la vengeance" des autorités marocaines. (SPS) http://www.spsrasd.info/fr/detail.php?id=7635

Saturday, October 24, 2009

اعتقال شقيقة احد المعتقلين السياسيين الصحراويين السبعة بمدينة سلا المغربية
24/10/2009
اعتقلت اجهزة الامن المغربية امس الجمعة بمدينة سلا المغربية المواطنة الصحراوية، السالكة دحان شقيقة المدافع الصحراوي عن حقوق الإنسان ومعتقل الرأي إبراهيم دحان وذلك بدعوى وجود مبلغ مالي يقدر بـ 500 درهم مغربية لديها بعد ان كانت تنوي زيارة شقيقها.ونقل تجمع المدافعيين الصحراويين عن حقوق الانسان إفادة بعض عائلات المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان السبعة، ان إدارة سجن سلا بعد تفتيش دقيق للمواطنة السالكة دحان، سلمتها مباشرة للشرطة للتحقيق معها تحت الحراسة النظرية.واضاف نفس المصدر انه من المرتقب ان يتم تقديمها لوكيل الملك بالمحكمة الابتدائية بعد أن منعت من زيارة أخيها وباتت هي الأخرى مهددة بالسجن دون أن ترتكب جرما يستحق المعاقبة ودون اي مبرر قانون
Arrestation par le Maroc des 7 militants sahraouis : La Suède suit l’affaire de près
Le gouvernement suédois s'est déclaré "préoccupé" par la situation des sept militants sahraouis enlevés récemment à l'aéroport de Casablanca (Maroc), affirmant assurer un suivi continu de la question auprès du gouvernement marocain et de l'Union européenne (UE), a indiqué le ministre suédois des Affaires étrangères, M. Carl Bildt, cité hier par l'agence de presse sahraouie SPS.
"Après l'arrestation, le 8 octobre dernier, de 7 militants sahraouis des droits de l'homme, nous avons exprimé au Maroc la préoccupation de la Suède sur la situation de ces militants et réitéré l'importance du strict respect de leurs droits", a relevé M. Bildt qui a indiqué que son pays a également demandé au gouvernement marocain de le tenir informé sur cette question.
Il a en outre souligné que la Suède suit de près, à travers son ambassade à Rabat et par d'autres canaux, l'évolution de cette situation. "Nous sommes en contact permanent avec les autres pays membres de l'Union européenne, afin d'évaluer leurs points de vue sur la question", a-t-il ajouté.
"Comme j'ai eu l'occasion de le souligner dans le passé, la Suède accorde une grande importance à la question des droits de l'homme dans les relations qu'elle entretient avec le Maroc, tant au niveau bilatéral qu'au sein de l'UE", a-t-il rappelé.
Des sénateurs américains demandent au roi du Maroc la libération des sept militants sahraouis
Des sénateurs américains ont exprimé, dans une lettre adressée au souverain marocain, leur "préoccupation" et demandé la "libération" des sept militants sahraouis des droits de l'Homme, récemment arrêtés par les autorités marocaines à leur retour des camps des réfugiés, rapporte hier l'agence de presse sahraouie SPS. "Nous estimons que (cette arrestation) ne va pas dans le sens des mesures de confiance entre votre gouvernement et le Front Polisario dans le conflit du Sahara occidental", est-il mentionné dans cette missive qui souligne que cette situation pourrait être "préjudiciable quant à la réussite des négociations parrainées par l'Organisation des Nations-unies". Les sénateurs américains ont ainsi exhorté le roi du Maroc à "défendre les valeurs universelles de liberté, de démocratie, de solidarité, de justice, et de fraternité", l'appelant à "promouvoir les nobles idéaux des droits de l'homme et de les appliquer spécifiquement aux Sahraouis", est-il écrit dans la lettre, signée notamment pas par les sénateurs James M. Inhofe, du Sous-comité pour l'Asie orientale et Pacifique Affaires et Jim de Mint, du sous-comité pour les Affaires européennes au sein du sénat des Etats-Unis
L'Association européenne des juristes "très préoccupée"
L'Association européenne des juristes pour la démocratie et les droits de l'Homme dans le monde (AEJDH) s'est dite "très préoccupée" par l'arrestation et la détention au secret des sept militants sahraouis des droits de l'Homme, qui sont sous la menace de fausses accusations des autorités marocaines. Dans une lettre envoyée jeudi au président du Conseil de l'Union européenne et Premier ministre suédois, John Fredrik Reinfeldt, l'association demande leur "libération immédiate". Elle a dénoncé qu'ils soient détenus comme des prisonniers d'opinions pour avoir exprimé pacifiquement leur soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui. Dans cette lettre, le secrétaire général de l'AEJDH, Thomas Schmidt, informe le président du Conseil de l'UE que les sept prévenus, qu'il a rencontrés lors de sa visite récente aux camps de réfugiés sahraouis, appartiennent à un certain nombre d'organisations de défense des droits de l'Homme et d'autres groupes de la société civile. Il lui demande notamment de faire tout son possible pour contribuer à la libération des sept militants des droits de l'Homme emprisonnés, et rappeler au royaume du Maroc ses obligations en vertu des pactes et protocoles internationaux qu'il a signés.
La gravité de la situation des droits de l’homme au Sahara occidental soulignée lors d’une rencontre à Vitry-sur-Seine
1.500 Sahraouis portés disparus depuis 1975
151 prisonniers de guerre croupissent encore dans les geôles marocaines
Les participants à la conférence sur la situation des droits de l’homme au Sahara occidental ont souligné hier à Vitry-sur-Seine, en Ile de France, la gravité de la situation prévalant dans les territoires sahraouis occupés et la nécessité de pressions internationales sur le Maroc pour le contraindre à mettre fin aux violations des droits de l’homme dans cette région.
Alain Adoubert, maire de Vitry, dans son allocution de bienvenue, a expliqué que l’organisation de cette rencontre dans sa municipalité se veut "un combat de solidarité, de justice et de droit (et une) continuité de l’élan de solidarité avec le peuple sahraoui initié depuis 1983".
Le maire de Vitry, tout en faisant un rappel historique de la lutte sahraouie contre l’occupation marocaine, a fustigé le silence et la complicité des médias en France qui n’accordent aucune place à cette cause juste. "La France a une responsabilité dans le drame que vit ce peuple car il cautionne et soutient le régime marocain. Elle ne peut ignorer l’existence de la RASD reconnue par plus de 70 pays dans le monde, ni les résolutions de l’Onu exigeant l’exercice du peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination", a-t-il indiqué, tout en soulignant la nécessité de "passer à un autre stade d’expression de la solidarité internationale avec le peuple sahraoui". Le représentant du Comité pour le respect des libertés et des droits humains au Sahara occidental (CORELSO), Jean Paul Le Maroc, a, pour sa part, abordé les problématiques de la colonisation et de la répression, soulignant l’absence de bases juridiques ou historiques prouvant la "souveraineté marocaine" sur ces territoires.
Dans ce contexte, il a rappelé l’avis consultatif de la CIJ, rendu en 1975, dans lequel elle rejette l’idée de souveraineté marocaine sur le Sahara occidental et souligne le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Jean Paul Le Maroc a estimé que l’Intifada pacifique du peuple sahraoui dans les territoires occupés, entamée en mai 2005, est "une troisième voie de lutte pacifique se situant entre l’action diplomatique et la lutte armée".
L’orateur a souligné que "ce mouvement populaire s’enracine au sein de la société et prend de l’ampleur. Il doit être relayée et amplifié par tous les moyens à travers le monde afin de briser le mur du silence et de l’indifférence", a-t-il indiqué.
Pour sa part, France Weil, avocate et membre de l’Association Droit-Solidarité, a insisté sur la recrudescence ces dernières semaines de la violence et de la répression marocaine exercée contre les militants des droits de l’homme et la population sahraouie. "Nous avons la responsabilité de les soutenir car la situation évolue dangereusement pour eux comme le montre l’arrestation des 7 militants sahraouis et leur traduction prochaine devant un tribunal militaire au Maroc", a-t-elle indiqué.
Un représentant de l’Association de familles de prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA) a longuement intervenu pour parler du problème des disparus. Il a noté que la pratique des enlèvements et des disparitions forcées est apparue dès le début de l’occupation marocaine dans le but de faire taire toutes les voix nationalistes, de semer la terreur parmi les populations et prendre en otage les familles des militants.
Il a également relevé que les grandes vagues d’enlèvements se sont produites au moment du déroulement des grandes offensives sahraouies comme de celle de Smara en 1976. L’orateur a avancé le chiffre de 1.500 Sahraouis portés disparus depuis 1975, citant les données de la FIDH et de 151 prisonniers de guerre croupissant encore dans les geôles marocaines. Mme Sahli Maya, professeur du droit international et représentante du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), a, à son tour, indiqué que l'exploitation des ressources du Sahara occidental "est convoitée par de nombreux groupes économiques régionaux qui pactisent avec l'Etat occupant", ajoutant, dans le même contexte, qu'"on ne saurait réduire l'ampleur du problème à quelques convoitises déclarées ou affichées". Elle a également fait savoir que le droit international "consacre la règle, selon laquelle le territoire non-autonome dans toutes ses composantes et ses ressources naturelles ne peuvent être aliénées au profit d'un Etat occupant". Pour elle, ce qui se passe dans les territoires occupés est une violation de ces principes du droit international.
Notons que le président de la Commission des AE du Sénat et le vice-président de la même commission de l’APN ont assisté à cette rencontre. Cette conférence a été initiée par de nombreuses associations françaises de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui.
http://www.elmoudjahid.com/accueil/monde/44750.html
Bouteflika : les entraves au plan de règlement onusien violent le droit des Sahraouis à choisir librement leur destin
Kampala, 22/10/2009 (SPS) Le Président algérien a qualifié, jeudi à Kampala, les entraves au plan de règlement onusien, dressé par le Gouvernement marocain, de "violation du droit" du peuple du Sahara occidental "à choisir librement et démocratiquement son destin".Dans une intervention, lue en son nom par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, au sommet spécial de Kampala (Ouganda) sur les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées internes en Afrique, M. Bouteflika a affirmé que le règlement du conflit sahraoui, "passe, inévitablement", par l'exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit inaliénable à l'autodétermination, réitérant le "plein soutien" de l'Algérie aux efforts du secrétaire général de l'Onu et à son Envoyé personnel visant à promouvoir une solution définitive et durable au conflit du Sahara Occidental.Il en outre indiqué que l'Algérie "continue de fournir secours, protection et assistance aux réfugiés sahraouis, en attendant que cette question puisse trouver une solution définitive qui ouvrira la voie à leur retour dans leur pays, aujourd'hui occupé". M. Bouteflika a par ailleurs, récusé "les solutions du prêt-à-penser et l'instrumentalisation politique des questions humanitaires pour justifier des interventions étrangères ou pour servir de couverture à des ingérences dans la conduite des affaires intérieures d'Etats souverains".Le président Bouteflika qui a rappelé "l'engagement" de l'Afrique à "protéger et à assister" les réfugiés et les personnes déplacées, a loué l'idée de l'Union africaine d'élaborer un projet de convention sur la protection et l'assistance aux personnes déplacées internes.
editorial,145/bouteflika-s-adresse-a-l-ua-pour-defendre-la-cause-sahraouie,9061.html
Sahara Occidental : Assez de répression ! Autodétermination !
vendredi 23 octobre 2009
Par LE MAREC Jean-Paul
Après le retrait de l’Espagne en 1975, le Sahara occidental a été occupé par le Maroc en toute illégalité comme l’a confirmé la Cour internationale de La Haye. 34 ans après, aucun pays au monde ne reconnait la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. En 1991, le Maroc et le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple sahraoui, ont conclu un accord, sous les auspices des Nations unies, fondé sur un plan de paix prévoyant un cessez-le-feu suivi d’un référendum d’autodétermination. Depuis cette date, le Maroc refuse de respecter ses engagements et multiplie les manœuvres, avec le soutien du gouvernement français, pour empêcher ce référendum. En 2007, il a dû accepter des négociations directes avec le Front Polisario sous l’égide de l’ONU. Quatre rounds de négociations ont déjà eu lieu mais sans résultat. Des délégations du gouvernement marocain et du Front Polisario ont été réunies en août à Genève par l’envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, pour préparer un cinquième round de négociations en vue de la mise en œuvre des résolutions des Nations unies pour l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.
Quelques jours plus tard, les autorités marocaines ont profité du silence de la communauté internationale et de la complicité du gouvernement français pour continuer à violer les droits de l’Homme et réprimer la population sahraouie des territoires occupés. Black-out, emprisonnements, tortures, enlèvements, disparitions, maisons dévastées sont le lot quotidien des Sahraouis. Les associations sahraouies sont interdites. Les étudiants sahraouis dans les universités marocaines subissent également la répression. Les procès se multiplient, notamment contre les défenseurs sahraouis des droits de l’homme, avec de lourdes condamnations. Pour avoir participé à des manifestations pacifiques, les 9 membres du groupe dit de « Mohamed Yahia » ont été condamnés à des peines de prison ferme de 1, 4 et 15 ans. Ennaâma Asfari, défenseur sahraoui des droits de l’homme et co-président du CORELSO, a été arrêté le 14 août pour détention d’un porte-clés avec le drapeau sahraoui puis condamné à 4 mois de prison ferme pour « outrage à agent public ».
Du 15 au 18 septembre, des centaines de Sahraouis (notamment des jeunes et des femmes) ont manifesté de façon pacifique dans de nombreuses villes du Sahara occidental pour exprimer leur refus de l’occupation marocaine et leur volonté de faire respecter leur droit à l’autodétermination. Les forces d’occupation ont réagi avec brutalité : hommes et femmes blessés et torturés, enlèvements, maisons saccagées. Cette nouvelle vague de répression a été suivie par des arrestations arbitraires, de nouveaux procès avec des condamnations à des amendes et de la prison ferme.
Début octobre, des militants sahraouis ont été arrêtés à la frontière mauritanienne et leurs passeports confisqués pour les empêcher de partir à l’étranger témoigner de la situation dans leur pays. Le 8 octobre, sept responsables d’associations sahraouies des droits de l’Homme ont été enlevées sur l’aéroport de Casablanca dans l’avion qui les ramenait d’une visite dans les campements de réfugiés de Tindouf. Leurs portables ont été confisqués et leurs proches sont sans nouvelles. D’après le procureur du Roi , ils ont été arrêtés pour avoir porté « atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation ». Le 13 octobre, Amnesty international a demandé leur libération immédiate car « ils sont détenus pour avoir exprimé pacifiquement leur soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui. Ce sont des prisonniers d’opinion ».
La situation dramatique du peuple sahraoui interpelle l’opinion publique mais les principaux médias ne voient rien, n’entendent rien, ne disent rien ! Les articles, les reportages ne manquent pas sur la chute du mur de Berlin mais pas un mot sur le mur marocain de 2700 km dans le désert qui sépare les familles sahraouies ! Le gouvernement français et l’Union européenne sont également sourds, aveugles et muets ! La communauté internationale ne peut pas rester spectatrice et apathique.
Face à la gravité de la situation, il faut développer la mobilisation pour briser le silence des médias, mettre un terme à la complicité de certains gouvernements à l’égard du Maroc et à l’inertie de l’Union européenne et des Nations unies pour que des pressions efficaces soient exercées sur le Maroc jusqu’à obtenir l’arrêt de la répression et le respect des libertés fondamentales dans les territoires occupés du Sahara occidental ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis.
Comme l’ont confirmé de nombreux rapports (Haut-commissariat des Nations unies sur les droits de l’Homme en 2006, Human Rights Watch en 2008, Délégation ad hoc du Parlement européen sur le Sahara occidental en 2009), les violations des droits de l’Homme dans les territoires occupés découlent de la non application du droit à l’autodétermination.
Après 34 ans d’occupation ou d’exil, le peuple du Sahara occidental aspire à mettre fin au calvaire qui lui est imposé et à recouvrer ses droits, prioritairement le droit de décider de son avenir en toute liberté. Il a besoin de tout notre soutien.
Europe Solidaire Sans Frontières 16 octobre 2009
De : Diaspora Saharaui vendredi 23 octobre 2009

Wednesday, October 21, 2009

صلاح الدين أميدان يفضح الإنتهاكات المغربية لحقوق الإنسان بالبرلمان البريطاني
21/10/2009
نشط العداء الصحراوي، صلاح الدين أميدان، يوم الثلاثاء، لقاءا خاصا حول الإنتهاكات المغربية لحقوق الإنسان بالبرلمان البريطاني بحضور أعضاء بالبرلمان، وجمهور كبير من المواطنين.وقد افتتح اللقاء رئيس الحملة البريطانية من أجل الصحراء الغربية، السيد مارك لوتشورد، والنائب البرلماني البريطاني، جيريمي كوربين، عارضين صورا عن ضحايا الإنتهاكات المغربية لحقوق الإنسان.وقدم البطل الرياضي الصحراوي شهادة حول تجربته الشخصية وما تعرض له كشاب صحراوي وكرياضي حرم من حقه الطبيعي في ممارسة الرياضة بسبب هويته الوطنية، وتمسكه بحق شعبه في تقرير المصير.وذكر صلاح الدين أميدان أن حالته ليست إستثناءا لأن الإنتهاكات المغربية قد طالت كل المواطنين الصحراويين بمختلف مشاربهم ومن كل الأعمار منذ الغزو المغربي العسكري والدامي للصحراء الغربية سنة 1975.وذكر كذلك أن النظام المغربي يستهدف بالخصوص النساء الصحراويات والأطفال والتلاميذ، معتبرا ذلك إمعان في انتهاك حقوق المدنيين، حيث عبر عن الصمت الدولي إزاء انتهاك المغرب لحق الشعب الصحراوي في الإستقلال، ولكل المواثيق والمبادئ الدولية.من جهتها تدخلت رئيسة منظمة ساندبلاست البريطانية لإطلاع الحضور على حلم العداء الصحراوي أن يتمكن الرياضيون الصحراويون من المشاركة في الألعاب الرياضية التي ستنظم ببريطانيا سنة 2012، وأمله في أن يقف المجتمع المدني البريطاني مع الرياضيين الصحراويين ليتمكنوا من المشاركة في الأنشطة الدولية تحت راية بلادهم المغتصبة.واعتبرت أنه من غير المعقول أن يحرم الرياضيون الصحراويون من المشاركة الأولمبية كدولة في الوقت الذي يتم إعطاء نفس الحق للرياضيين الفلسطينيين، ولبورتو ريكو بالرغم من أنهما لا زالتا دولتين لا تتمعان بالإستقلال.وكان صلاح الدين قد قام يوم الإثنين بحضور أمسية بحي كامدين بلندن عرض فيها فيلم وثائقي عن ماراطون الصحراء بحضور عشرات الشباب البريطاني، ومجموعة من الشبان الصحراويين.وبعد الفيلم فتح باب النقاش حيث تمكن الرياضي الصحراوي من توضيح مختلف جوانب هذه المنافسة التي تنظم سنويا بمخيمات اللاجئين الصحراويين، داعيا البريطانيين للمشاركة بكثافة فيها.وفي نفس الأمسية، قام الحضور بإشعال سبعة شموع للتعبير عن تضامنهم مع النشطاء الصحراويين السبعة المختطفين منذ يوم 8 اكتوبر الماضي من طرف سلطات الإحتلال، والذين سيحاكمون أمام محكمة عسكرية مغربية حسب ما تداولته مختلف المصادر المغربية.
http://www.upes.org/body1.asp?field=sosio&id=5248
Répression massive au Sahara occidental:
Sept Sahraouis risquent la peine capitale
La société civile et une partie de la classe politique espagnoles entendent mener une campagne de protestation, le 22 octobre à Barcelone, qui pourrait s’étendre aux principales villes d’Espagne, contre l’arrestation de sept militants sahraouis par la police marocaine, le 8 octobre, à leur descente d’avion à Casablanca.
Ces militants, parmi lesquels Brahim Dahám et Ali Salem Tamek, des «figures connues du nationalisme sahraoui», rentraient d’un séjour dans les camps de réfugiés de Tindouf. Ils devaient faire escale à Casablanca avant de rentrer chez eux à Al Ayoun. La police marocaine était au rendez-vous.
La communauté internationale interpellée
Le coordinateur général de la formation politique de gauche EUiA, José Miralles, a fait part, lundi à Barcelone, de son inquiétude à l’annonce de la décision des autorités marocaines de traduire les sept militants sahraouis devant une cour martiale, et non devant un tribunal civil, pour «atteinte aux intérêts supérieurs de la nation».
Concrètement, le communiqué des services de sécurité marocains accuse sept militants de la cause sahraouie d’avoir «comploté contre la nation» durant leur visite quelques jours auparavant dans les camps de réfugiés de Tindouf et à Alger où ils avaient donné une conférence de presse.
De «source» proche de la délégation du mouvement sahraoui à Madrid, il ne fait aucun doute non plus que «les sept prisonniers seront traduits devant la justice militaire parce que les tribunaux civils marocains sont incompétents au regard de la nature de l’accusation qui est portée contre eux».
L’accusation est lourde, en effet, et fait craindre le pire, par expérience, aux organisations civiles, non seulement en Espagne mais également à travers le monde, où la brutalité du régime marocain est unanimement dénoncée. Elle l’avait été notamment par les parlementaires européens dans leur rapport d’enquête de janvier dans les territoires occupés du Sahara occidental.
C´est donc au niveau du Parlement de Strasbourg que les protestations les plus virulentes ont commencé. Des députés espagnols ont averti de la menace qui pèse sur la vie des militants sahraouis qui ont été soumis à un interrogatoire des «plus musclés» dans les locaux des services secrets marocains, avant leur transfert vers la prison de Salé.
De là-bas, ils seront transférés devant un tribunal militaire où «ils pourraient être condamnés à mort par une institution militaire marocaine.
Ce sera à cause du silence complice de l’Union européenne, en général, et du gouvernement espagnol, en particulier», s’est indigné le porte-parole de ICV au Parlement de Strasbourg, Raúl Romeva. Revenant à la charge, il a pointé du doigt le gouvernement de Zapatero qui, «par son silence, se présente comme le principal responsable de l’abandon de la cause sahraouie» par la communauté internationale, a-t-il dit.
Etat de siège dans les villes sahraouies
En revanche, les journaux espagnols, toutes tendances confondues, acquis à l’idée que l’Espagne a une dette morale envers le peuple sahraoui pour avoir abandonné son ancienne colonie à l’occupation militaire marocaine, ne passent sous silence aucune nouvelle en provenance du Sahara occidental.
Ils font état régulièrement de la vaste répression contre les militants sahraouis «que Rabat empêche de se rendre désormais à l’étranger à travers un contrôle strict dans les aéroports».
El Periódico annonce cette semaine que Rabat a déployé un grand renfort militaire et policier au Sahara occidental, «occupé depuis 1975», avec pour objectif des autorités marocaines «d’empêcher toute manifestation de soutien aux sept militants sahraouis arrêtés le 8 octobre à leur descente d’avion à l’aéroport de Casablanca, pour avoir séjourné dans les camps de réfugiés de Tindouf».
L’arrestation de ce groupe de sept Sahraouis, qui sont connus pour leur combat en faveur de l’indépendance de l’ex-colonie espagnole et leur action en matière de défense des droits de l’homme au Sahara occidental, avait été annoncée pour la première fois le 9 octobre par le correspondant du quotidien ABC à Rabat, Luis de La Vega.
Interrogée par ce journaliste, la vice-présidente de l’Association des Sahraouis victimes de violences graves commises par l’Etat marocain (ASVDH), Mme El Ghalia Djimi, qui attendait ses compagnons de lutte à l’aéroport de Casablanca, avait déclaré n’avoir aucune information.
«J’ai remarqué qu’ils étaient attendus par des voitures de police au bas de la passerelle, à l’arrivée de l’avion», avait-elle déclaré, craignant «le pire» pour ses camarades qui ont déjà eu affaire aux services secrets marocains.
Elle-même, comme sa compatriote Amina Hayatu, qui a effectué des séjours de plusieurs années dans la fameuse«prison noire», une sorte de Tazmamart bis, sait de quoi elle parle et a donc bien des raisons de s’inquiéter pour Dahám, Tamek et leurs cinq autres camarades.
H. A.
http://www.letempsdz.com/index.php?option=com_content&task=view&id=25684&Itemid=145
Carlos Ruiz Miguel : « Historiquement, le Sahara occidental n'a jamais fait partie du Maroc »
Historiquement, le Sahara occidental "n'a jamais fait partie du Maroc", souligne le juriste et chercheur espagnol Carlos Ruiz Miguel. Dans une contribution parue hier dans le quotidien Liberté, intitulée "Les mensonges de Felipe Gonzalez (ancien président du gouvernement espagnol) mis à nu", le juriste rappelle à cet ancien responsable socialiste l'avis de la Cour internationale de justice à propos du Sahara occidental rendu le 16 octobre 1975 en citant le paragraphe 162 de cet avis. "(...) La Cour conclut que les éléments et renseignements n'établissent l'existence d'aucun lien de souveraineté territoriale ente le territoire du Sahara occidental, d'une part, et le Royaume du Maroc ou l'ensemble mauritanien d'autre part", affirme cette juridiction.
"La Cour n'a donc pas constaté l'existence de liens juridiques de nature à modifier l'application (...) du principe d'autodétermination, grâce à l'expression libre et authentique de la volonté des populations du territoire", précise la Cour dans son avis.
"En conclusion, il ne semble pas discutable que Felipe Gonzalez ment quand il parle du Maroc et du Sahara occidental", et affiche son soutien aux thèses marocaines, écrit le juriste. L'auteur fait savoir que l'ancien président du gouvernement espagnol, "versa" le 29 septembre dernier, "quelques propos sur le Maroc et le Sahara occidental (heureusement enregistrés sur vidéo) qu'on ne pourrait en aucun cas qualifier d'erreurs". Pour le juriste Ruiz Miguel, "il ne s'agit pas (du fait) que Felipe Gonzales méconnaisse la question du Sahara occidental (...). Ici le problème n'est pas de cohérence ou d'incohérence, ni d'ignorance ou de savoir. Le problème concerne la vérité ou le mensonge. Et Felipe Gonzales ment", affirme-t-il. En guise de démonstration, le juriste rappelle que Felipe Gonzalez se trouvait dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf le 14 novembre 1976 et prononça un discours qu'"on peut écouter sur vidéo". Dans ce discours, l'ancien responsable espagnol déclare que "le peuple sahraoui va vaincre, non seulement parce qu'il a raison, mais aussi parce qu'il a la volonté de lutter pour sa liberté", "La majorité du peuple espagnol, ce qu'il y a de plus noble et de meilleur dans le peuple espagnol est solidaire avec votre combat", dit-il aux réfugiés sahraouis ce jour là, ajoutant qu'"en tant qu'une partie du peuple espagnol, nous avons honte que le gouvernement n'ait pas seulement fait une mauvaise colonisation, mais une plus mauvaise encore décolonisation, en vous livrant aux mains de gouvernements réactionnaires comme ceux du Maroc et de la Mauritanie", déclare-t-il.
Ressources naturelles du Sahara occidental : «le Maroc viole le droit international»
"Nous savons que votre expérience est d'avoir reçu beaucoup de promesses jamais accomplies. (...) Notre parti (socialiste) vous soutiendra jusqu'à la victoire finale", assure Ruiz Miguel aux Sahraouis. Pourtant, le 26 septembre dernier, le même Gonzalez qui prenait part à un débat à Madrid affirme à l'assistance: "Je ne vois pas où est la spoliation des ressources naturelles qui ruine le Sahara (occidental), parce que, vraiment, il n'y a pas d'activité économique au Sahara. Non, aucune". Dans ce débat, il prend aussi position en faveur de la proposition marocaine d'octroyer une autonomie aux Sahraouis. Or, le juriste affirme et démontre qu'il y a une activité économique au Sahara occidental rappelant à l'ancien président du gouvernement espagnol que dans ce territoire, il "sait parfaitement qu'on exploite surtout les phosphates et la pêche". Le juriste cite un article d'un journaliste norvégien dont les conclusions établissent que "les recettes annuelles pour le Maroc provenant des phosphates de Bucraâ en 2008 s'élèveraient à plus de 1,7 milliard de dollars". S'agissant de la pêche, il relève que le Maroc continue de pêcher dans les côtes du Sahara occidental et "Felipe Gonzalez sait qu'elle est beaucoup plu abondante au Sahara qu'au Maroc, (...) lui qui a signé un accord de pêche avec le Maroc en 1983". Pour le juriste, le Maroc "viole le droit international" en exploitant les ressources halieutiques sahraouies. Il s'interroge également si l'ancien président du gouvernement espagnol "est redevable au Maroc" de quelque chose ou s'il le fait de façon bénévole, en faisant référence à ses démarches auprès de pays latinos américains pour qu'ils retirent leur reconnaissance à la RASD, ou lorsqu'il intervint auprès de la FIFA pour "défendre" la candidature du Maroc pour l'organisation du Mondial de football 2010. source: Quotidien El moujahid
http://www.elmoudjahid.com/accueil/filinfo/44569.html
اتحاد الحقوقيين الاوروبيين يدين عملية اختطاف سبعة نشطاء حقوقيين صحراويين
20/10/2009
ادان الاتحاد الاوروبي للحقوقيين من اجل الديمقراطية وحقوق الانسان في العالم بشدة اختطاف سبعة مناضلين صحراويين في مجال الدفاع عن حقوق الانسان من طرف المغرب يوم 8 اكتوبر الجاري بمطار الدارالبيضاء، داعيا الى الافراج الفوري عنهم.ونقلت وكالة الانباء الصحراوية يوم الاثننين ان الامين العام للاتحاد، السيد توماس شميدت قد طلب من الوزير الالماني للشؤون الخارجية في رسالة سلمها له التدخل بسرعة في هذه القضية ومطالبة الحكومة المغربية بالافراج الفوري عن المعتقلين او على الاقل الاستعلام حول مكان اعتقالهم واسباب ذلك".واضاف نفس المصدر ان السيد شميدت الذي قام مؤخرا بزيارة الى مخيمات اللاجئين الصحراويين اعرب عن " قلقه البالغ" ازاء مصير المعتقلين، مؤكدا ان تقارير منظمة العفو الدولية حول وضع حقوق الانسان في الاراضي المحتلة من طرف المغرب " تنبئ بالاسوا".واضافت وكالة الانباء الصحراوية ان الاتحاد الاوروبي للحقوقيين من اجل الديمقراطية وحقوق الانسان يعتبر ان الاتهامات التي اعلنت عنها الحكومة المغربية في حق المعتقلين "ليس لها اي مبرر قانوني" وتدل على ان المغرب " ليس مستعدا للالتزام بالاتفاقيات الدولية التي وقعها بنفسه".تم تقديم المناضلين الصحراويين السبعة (ست رجال وامراة) يوم الخميس الماضي امام المحكمة العسكرية للرباط قبل نقلهم الى سجن سلا في العاصمة المغربية بعد ان قضوا ثمانية ايام بين ايدي مختلف مصالح الامن والمخابرات المغربية دون اي اتصال مع عائلاتهم او محاميهم.وكان هؤلاء المعتقلين قد زاروا مخيمات اللاجئين الصحراويين والأراضي المحررة من الصحراء الغربية قبل التوجه إلى الجزائر العاصمة حيث شاركوا في لقاء أدلوا خلاله بشهادات حية عن القمع والمضايقات القضائية الممارسة ضدهم وضد زملائهم وضد سكان الأراضي الصحراوية المحتلة

Tuesday, October 20, 2009

Les droits de l'homme au parlement britanique. programme de Salah Eddine à Londres.
Communiqué de presse APSO.Programme de Salah Eddine Amaidan à Londres. Les droits de l'homme au parlement britanique.
Aujourd'hui 20 octobre, Salah Eddine, sportif Sahraoui de haut niveau réfugié politique en France, a participé à une rencontre organisée au parlement britanique autour de la thématique des droits de l'homme .
La salle était comble et de nombreuses personnes n'ont pu s'assoir.
Etaient présents notamment le représentant du POLISARIO, deux autres députés britaniques et plusieurs jeunes militants sahraouis.
Après une présentation de la situation par Marc Leutchord puis une allocution du député britanique Jeremy Corbyn, sur fond d'image des exactions commises contre les femmes de la famille Amaidane, Salah Eddine a témoigné de son histoire. Il a rappelé qu'il ne présentait son histoire que comme une illustration des nombreuses violations des droits de l'homme perpétrés au Sahara Occidental contre les sahraouis.
Selon lui, les violations systématiques par le Maroc de chaque article de la déclaration des droits de l'homme et de la convention des droits de l'enfant s'origine dans l'acte initial et impuni de la brutale invasion et colonisation du Sahara Occidental en 1975.
La rencontre a été d'autre part l'occasion d'informer des différentes manifestations à venir, le lancement du projet IEF (International Education Fund) en angleterre et le Sahara Marathon accompagné par Sandblast.
Danielle smith a rappelé le rêve olympique de Salah Eddine pour Londres 2012, la participation d'athlètes sahraouis sous leur propre drapeau et souligné le rôle des anglais pour faire avancer cette question.
La reconnaissance des organisations olympiques Sahraouies n'est pas encore acceptée par le comité olympique international alors qu'elle l'a été pour Porto Rico et à la palestine, pays de la même façon non independants.
------------------------------------------------
Intervention de Salah Eddine Amaidan, parlement britannique,le 20 octobre 2009.
Bonjour Je voudrais d’abord vous remercier d’être venu m’écouter et de bien vouloir par ce biais entendre les traitements inhumains que subit mon peuple.
Ce que je vais vous dire est mon histoire mais ce n’est qu’un exemple de ce que souffre le peuple sahraoui au Sahara Occidental occupé. Et certains ont souffert et souffrent bien d’avantage et tous les jours encore, de tortures physique et psychologique.
J’aurai pu prononcer un discours académique devant vous. Pour préparer cela j’ai relu la déclaration universelle des droits de l’homme et la convention internationale des droits de l’enfant. Et j’ai constaté qu’au Sahara Occidental occupé tous les articles de ces déclarations étaient violés par l’occupant et sans aller dans le détail par le fait même d’être un colonisateur impuni depuis 1975
C’est à titre d’illustration que je vous parle de mon histoire.
Je suis né en 1982 à El Aaiun au Sahara Occidental. J’ai 26 ans.Je suis né alors que mon pays était occupé militairement depuis 7 ans par le royaume du Maroc.Je me souviens comment très petit j’étais en colère contre les marocains qui nous discriminaient, nous volaient ce que nous avions ou essayer de nous frapper mes frères et sœurs et moi.J’ai commencé ma carrière de sportif avec la police… en fait, elle me poursuivait.Tous les sahraouis des territoires occupés peuvent être de bons coureurs…J’ai grandi en pensant que ce que nous vivions tous les jours, la famille, les voisins et les copains, était normal.J’ai été repéré par un sélectionneur de l’équipe du Maroc à 12 ans alors que j’avais gagné une course de détection pour les enfants à El Aaiun.Suite à cela mon père a reçu une invitation pour que je parte à Rabat dans une école sportive de l’équipe nationale marocaine, pour des entraînements et compétitions.J’étais plutôt un rebelle et j’étais connu de la police, par peur réelle des conséquences d’un refus, pour moi ou pour la famille, mon père a accepté.Il était déjà handicapé, il avait perdu une jambe sur une mine qui avait explosé alors qu’il menait ses troupeaux dans le désert en 1979 vers Smara.Il craignait que les allocations d’aide qu’il recevait lui soient supprimées.A 13 ans, j’ai donc été envoyé à Rabat, à 1500 kilomètres de ma famille.J’étais en internat et le seul sahraoui de cette équipe. J’ai toujours ressenti la discrimination de la part des entraîneurs et des jeunes avec qui j’étais.Je n’avais pas la même langue ni la même culture, ni les mêmes habitudes ou traditions.Les adultes qui nous encadraient ne me permettaient pas de parler hassanya. J’avais souvent des programmes d’entraînements trop durs pour mon âge et mes vacances scolaires ont souvent été réduite aux derniers 15 jours d’août sans considération pour mes demandes de rentrer chez moi.Je faisais néanmoins des bonnes performances.Pendant ma carrière avec l’équipe du Maroc, j’ai été triple champion du Maroc en cross country (1996, 1997, 1999), 2e champion du Maroc du 3000 stiple (2000), 15 fois champion du Sahara occidental (1993-2002, toutes disciplines), 2e champion d’Afrique (cross cadet, 5000m), deux fois champion cadet des pays arabes en cross country (1998 et 1999).Quelqu’un m’a dit que parmi vous il y avait de bons sportifs alors je vous dit aussi mes meilleurs chronos : 3’’39 sur 1500m, 28’’ 53 au 10 Km, 44’’ 56 au 15 Km et 1h 03’’43 au semi marathon.En juin 1999 j’ai été blessé. Une blessure de sportif au tendon.Les responsables de l’équipe nationale m’ont mis dehors et m’ont renvoyé chez mes parents à El Aaiun.En septembre, j’ai pris part à la première intifada contre l‘occupation marocaine, cela a duré 15 jours. Pendant 6 jours et nuits nous avons manifesté et résisté contre les forces de polices et militaires qui étaient très bien équipées.Le 6ème jour j’ai été arrêté avec 80 autres jeunes.J’ai été détenu dans un centre de police pendant 18 jours.J’avais les yeux bandés, et les jambes attachées.Nous étions tous serrés les uns contre les autres et l’espace était trop petit pour le nombre que nous étions.J’ai été battu et torturé tous les jours, interrogé sur mes activités, celle des gens que je connaissais ou pas, sur les relations avec le POLISARIO.J’ai reçu des coups sur l’ensemble de mon corps.J’ai été relâché au bout de 18 jours sous la pression de ma famille et de responsables sportifs qui attestaient de mon niveau.En fait on m’a donné le choix suivant. Sortir pour retourner faire du sport à Rabat, ne plus avoir d’activité politique et ne plus jamais revenir à El Aaiun ou aller en prison.J’ai choisi de retourner à Rabat et de continuer à faire du sport.J’avais l’idée que courir pouvait être pour moi un moyen de continuer à lutter pour mon peuple et pour l’indépendance de mon pays.Je suis retourné à rabat et après deux années de très bonnes performances j’ai été repris dans l’équipe nationale du Maroc.Pendant ces années à Rabat je n’ai pas cessé de ressentir la discrimination du fait de mon identité sahraouie. À chacun des contrôles de police pour lesquels je devais présenter mes papiers d’identité j’étais conduit au poste de police et interrogé longuement sur mes activités, alors qu’il été bien visible que j’étais un sportif de haut niveau et que je m’entraînais.Sur la carte d’identité de tous les Sahraouis, une carte marocaine, il y a deux lettres : SH qui nous identifient comme Sahraouis. C’est pour ce signe que je faisais au moins une fois par semaine un séjour toujours inconfortable au poste de police.Dans cette équipe nationale, j’ai réussi des performances me permettant de participer à des compétitions sur route en France.J’ai couru les 10 kilomètres d’Agde et j’ai gagné. J’ai fait les 200 derniers kilomètres en faisant flotter le drapeau de ma république. La république Arabe Sahraouie Démocratique. Un ami marocain m’a donné le drapeau à la fin de la course.Je me suis mis sous la protection de la police, et j’ai demandé l’asile politique à la France. Pour moi la France était un pays démocratique où l’on pouvait parler sans risquer sa vie.Je sais que les autorités marocaines ont essayé d’empêcher que j’obtienne l’asile politique.Je suis maintenant en France, un frère et une sœur sont aussi en France.C’est pour mon pays et son indépendance que je cours.Je sais que de nombreuses personnes de ma famille résistent et sont harcelés par la police.Mon père bien qu’handicapé et dialysé maintenant est convoqué chaque semaine par l’agent secret marocain pour un interrogatoire.5 de mes cousins sont en prison. Un de mes frères a été emprisonné alors qu’il avait 15 ans et demi. Il est resté 1an et demi dans une prison pour majeurs et il porte de nombreuses marques des blessures et tortures qu’il a subies et qu’il s’est infligées tellement les conditions étaient dures pour lui.Les femmes de ma famille sont régulièrement enlevées par les forces de sécurités, interrogées, torturées, humiliées et abandonnées dans le désert.En tout ce sont 17 membres de ma famille qui ont subi des brutalités, des arrestations et des emprisonnements arbitraires.Pour moi cela fait 14 ans que je n’ai pas passé un mois entier avec ma famille.J’attends de pouvoir bénéficier des échanges familiaux mis en place dans le cadre de l’ONU par la MINURSO pour pouvoir rendre visite à ma famille en sécurité ou au moins en étant protégé. Cela fait deux ans que j’en ai fait la demande.Je vous parle de ma famille, mais c’est le sort de tout le peuple sahraoui vivant aux territoires occupés dont je vous parle.Pour finir, je vous invite à venir dans les campements de réfugiés, ou malgré les très dures conditions de survie nous sommes libres.Libres de nous exprimer, libre de pratiquer nos traditions et de vivre selon notre culture, libres de vous accueillir… et pourquoi pas lors de la semaine du Sahara Marathon… (source: facebook)

Wednesday, October 07, 2009

Violations des droits de l’homme au Sahara occidental : Prochaine conférence à Vitry (France)
Une conférence débat sur le thème "Les violations des droits de l’homme au Sahara occidental" sera organisée le 24 octobre prochain à Vitry, dans la région d’Ile de France, à l’initiative de nombreuses associations françaises de solidarité avec la cause sahraouie. Quatre thèmes ont été retenus par les organisateurs pour débattre de cette question qui fait constamment l’actualité en raison de la féroce répression par les forces marocaines de toute manifestation des populations sahraouies contre l’occupation de leurs territoires et en faveur de l’exercice de leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance nationale. Durant cette conférence, il sera question de la "colonisation et répression au Sahara occidental", "Les disparitions hier et aujourd'hui", "Le droit aux études et au travail" et "universalité des droits de l'homme et respect du droit international (autodétermination, ressources naturelles)". Les travaux verront la participation de représentants des différentes associations françaises comme le Comité pour le respect des libertés et des droits humains au Sahara occidental (CORELSO), l’Association française d'amitié et de solidarité avec les peuples d'Afrique (AFASPA), l’Association des Amis de la RASD (AARASD), et l’Association internationale des juristes indépendants (AIJD). Seront également présentes des associations sahraouies comme le Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l'homme (CODESA), le comité contre la torture à Dakhla, l'Association de familles de prisonniers et disparus Sahraouis (AFAPREDESA), l'Association sahraouie des victimes des violations des droits de l'homme (ASVDH) ou encore le Comité pour la défense du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui (CODAPSO) et le Comité de soutien au plan de résolution de l'ONU et pour la protection des ressources naturelles au Sahara occidental (CSPRON). Des témoignages sur la répression, la torture, les arrestations arbitraires et les autres atteintes aux droits de l’homme seront apportés par des victimes de ces pratiques condamnées par le droit international.
http://www.elmoudjahid.com/accueil/monde/43712.html
Décolonisation au Sahara Occidental
Publié le 07 octobre 2009 par Mahrez Ilias - Journaliste (0)Il est pour le moins regrettable, sur le plan politique, que la question de décolonisation au Sahara Occidental ne soit pas encore résolue depuis le départ des Espagnols de ce territoire en 1975. Il est regrettable en fait que l’on ne se soit pas encore entendu pour une solution humainement acceptable pour la fin de ce dossier de décolonisation et pour ramener à la raison la partie qui s’entête à refuser d’appliquer les résolutions pertinentes des Nations unies.
Que signifient donc ces réunions annuelles, cycliques et sans grande efficacité sur le terrain de la négociation, qui se déroulent au siège des Nations unies sur le dossier de la décolonisation au Sahara Occidental, si, entre-temps, rien n’est fait concrètement pour baliser le chemin vers une reconnaissance clairement établie du fait colonial dans ce territoire ?

Le Maroc, depuis l’annexion et l’invasion armée du Sahara Occidental en 1975, s’obstine à ne pas donner une chance à la paix dans la région en refusant d’accorder aux Sahraouis leur droit à l’autodétermination. A permettre à tout un peuple de s’exprimer librement sur son avenir politique. A l’ONU, le dossier a été une nouvelle fois rouvert lundi, mais, à part les traditionnelles déclarations et prises de positions, aussi précieuses soient-elles, il n’y a rien de nouveau sur cette question.

Or, l’impasse actuelle dans les négociations maroco-sahraouies pour la recherche d’une solution consensuelle fragilise prodigieusement les relations maghrébines, retarde l’intégration économique régionale et bloque tout processus de développement dans la région. Bien sûr, des efforts sont déployés par les pays amis pour aider à un déblocage de la situation, alors que les Nations unies et les Etats-Unis semblent impliqués dans la bonne direction.

Mais force est de reconnaître que le déni de justice dans le cas du dossier sahraoui cache beaucoup de choses. A commencer par cette relation étrange entre Paris et Rabat sur ce dossier, les non-dits américains sur leurs visées dans la région, qui sacrifient la cause sahraouie car placée sur la mauvaise case de l’échiquier politique régional, et enfin les intérêts économiques de groupes industriels et énergétiques occidentaux.

Il y a en fait dans le retard de l’application du référendum d’autodétermination au Sahara Occidental un très large faisceau de raisons, qu’elles soient politiques, militaires, économiques ou stratégiques, qui fait que l’on joue au yo-yo avec quelque chose de très important pour un peuple : sa liberté.

C’est ainsi que des stratèges occidentaux ont fait que le dossier de décolonisation au Sahara Occidental soit devenu un poison politique mortel pour les pays de la région et un facteur de division, quand il aurait pu être un puissant moyen de rassemblement régional si le Maroc avait respecté la légalité et soutenu l’application des résolutions de la communauté internationale. Il est ainsi déplorable de courir derrière une séance de négociation pour résoudre un conflit d’un autre âge, d’un autre millénaire, quand l’urgence d’une solution ne semble pas encore trouvée. A New-York ou ailleurs. «Le peuple des nuages» peut encore rêver.
Mahrez Ilias
http://mondeactu.com/monde/decolonisation-au-sahara-occidental-2468.html
المنطقة المغاربية بين سباق التسلح وتحديات التنمية
الاستخبارات المغربية تمنع 5 مدافعين صحراويين عن حقوق الانسان من السفر الى موريتانيا
07/10/2009

اعتبر المدافعون الصحراويون عن حقوق الإنسان الممنوعون من السفر لاسباب سياسية قرار المنع الذي طالهم من طرف الاحتلال المغربي "إجراء غير القانوني يأتي بالأساس ليؤكد الهجمة الشرسة التي تشنها الأجهزة الاستخباراتية المغربية ضدهم على خلفية مواقفهم السياسية من قضية الصحراء الغربية".
وقال هؤلاء ان منعهم من السفر الى خارج الاراضي المحتلة يأتي ايضا بسبب علاقتهم بمجموعة من المنظمات الدولية لحقوق الإنسان ومشاركتهم في مختلف المنتديات الدولية لحقوق الإنسان بمختلف دول العالم، كما أنهم يرون أن الدولة المغربية بتصرفها هذا تكون قد عمدت إلى ارتكاب انتهاكات تستهدف المس من حرية التعبير والتنقل، وهي انتهاكات تجعل الإنسان معتقلا بالرغم من كونه لا يقضي عقوبة سالبة لحريته بسجن نظامي بداخل المغرب.
افاد تجمع المدافعين الصحراويين عن حقوق الانسان (كوديسا) ان السلطات المغربية منعت امس الثلاثاء مدافعين صحراويين عن حقوق الإنسان من السفر إلى الجمهورية الاسلامية الموريتانية وقامت بمصادرة جميع وثائقهم الرسمية وهواتفهم النقالة بمنطقة بئر اكندوز على الحدود الصحراوية الموريتانية ويتعلق الامربكل من المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان سيدي محمد دداش والعربي مسعود وإبراهيم إسماعيلي وأحمد السباعي وعتيق براي.

وقال التجمع ان هذا الخرق السافر جاء حوالي الساعة الرابعة مساء بنفس اليوم من طرف شرطة مراقبة الحدود ببئر كندوز، ومباشرة بعد أن تأكدت الشرطة المغربية من معلومات المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان ومن الشاحنة التي كان من المقرر أن تجتاز بهم الحدود لجأت إلى اعتقالهم بمقرها داخل مكتب صغير عمدت إلى إقفاله من كل الجهات بهدف منع المسافرين من التعرف على ما يجري داخله.

واكد المصدر نفسه ان أحد ضباط الشرطة المغربية اشرف على تفتيش ومصادرة بجميع الوثائق المغربية المتعلقة بالمدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان، خاصة بطاقة التعريف ورخصة السياقة، مع جواز السفر مع تفتيش دقيق لكل واحد على حدة منهم، في حين شرع مجموعة من عناصر الشرطة بتفتيش كل الحاجيات والملابس التي كانت بحوزة المدافعين عن حقوق الإنسان بدون حضورهم قبل أن تلجأ إلى اعتقال صاحب الشاحنة أمبارك فاتح، الذي صودر جواز سفره هو الآخر.

واوضح التجمع انه بعد ساعة من التفتيش الدقيق، قامت الأجهزة المغربية باستنطاق المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان لمدة حوالي 03 ساعات متواصلة، حيث ركزت أسئلة المحققين على معلوماتهم الشخصية والعائلية وانتمائهم السياسي والحزبي والنقابي والحقوقي وعلى علاقتهم بالجبهة الشعبية لتحرير الساقية الحمراء ووادي الذهب ومشاركتهم في ذكرى الوحدة الوطنية للجمهورية العربية الصحراوية الديموقراطية المنعقدة بتاريخ 12 أكتوبر 2009 وعن سبب زيارتهم الجماعية للقطر الموريتاني وعن نشاطهم الحقوقي ضمن الجمعيات الصحراوية المدافعة عن حقوق الإنسان وعلاقتهم بالمنظمات الحقوقية الدولية وبالمراقبين والوفود الأجنبية المتضامنة مع الشعب الصحراوي، إضافة إلى الموقف من قضية الصحراء الغربية ومن مجموعة من الإطارات في الحكومة الصحراوية.

واضاف المصدر ذاته ان عناصر الشرطة انتهت من هذا الاستنطاق في حدود الساعة التاسعة ليلا دون أن توجه للمدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان تهما معينة ودون أن يفرج عنهم، حيث ظلوا في حالة اعتقال ومراقبين بأكثر من 15 شرطيا بزي مدني ورسمي كان أحدهم يحمل بندقية رشاشة قبل أن تعمد شرطة الحدود على نقلهم إلى بيت آخر في انتظار التعليمات المباشرة للمسؤولين المغاربة، الذين شرعوا في التفكير في نقل المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان وهم في حالة اعتقال بعد وصول سيارة تابعة للشرطة القضائية بولاية الأمن بالداخلة المحتلة في حدود الساعة الحادية عشرة ليلا، حيث أخذ ضابط شرطة الحدود يقوم بتوزيع الأدوار على عناصر الشرطة المتواجدين بكثافة والنداء على المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان واحدا تلو الآخر لتسليمهم النقود التي تم حجزها سابقا، في حين أخذ يذكرهم بالمحجوزات الأخرى التي تم وضعها في أظرفة متنوعة قبل أن يفاجئ مجددا حوالي الساعة 12 ليلا بمكالمة هاتفية تأمره بالإفراج عنهم جميعا ومصادرة وحجز كل وثائقهم الشخصية المغربية والهواتف النقالة مع العمل على إرجاعهم إلى النقطة الحدودية الشمالية في إشارة إلى إرجاعهم إلى مدن الصحراء الغربية دون أن تقدم لهم شروحا واضحة ودون أن يعطى لهم تعليلا كتابيا يبرر منعهم من مواصلة سفرهم إلى القطر الموريتاني ويبرر كذلك مصادرة جوازات السفر ورخص السياقة وبطائق التعريف.

و بعد رفض المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان هذا الإجراء التعسفي، قامت عناصر الشرطة المغربية بالتدخل بقوة لإرغامهم على حمل أمتعتهم ومغادرة المقر الذي تشغله الشرطة والجمارك والدرك المغربي والدرك الحربي.

واوضح التجمع ان المدافعون الصحراويون عن حقوق الإنسان قاموا بتأجير سيارة أجرة في وقت متأخر من الليل، حيث ظلت مراقبة طيلة طريقها إلى مدينة الداخلة المحتلة، وبمركز المراقبة الشمالي بالمدينة المذكورة، عمدت إلى أخذ معلوماتهم وتهديدهم بعد أن ظلوا مراقبين بمنزل "براي عتيق" بأكثر من 04 سيارات تابعة للشرطة وشاحنتين تابعتين للقوات المساعدة إلى الوقت الذي غادر فيه بقية النشطاء الحقوقيين الصحراويين وهم سيدي محمد دداش، العربي مسعود وإبراهيم إسماعيلي وأحمد السباعي هذه المدينة في اتجاه مدينة العيون المحتلة، حيث باتوا وطيلة الطريق يعانون من استفزازات الشرطة والدرك، خصوصا عندما تتم مطالبتهم بالإدلاء ببطائق التعريف، التي لم تكن متوفرة لدى المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان بعد مصادرتها من طرف شرطة الحدود التي ظلت في تنسيق مباشر مع الأجهزة الاستخباراتية المغربية، خصوصا في متابعة رحلتهم عن طريق دائما الاتصال بسائق السيارة، التي تعرضت للتوقيف على طول الطريق الرابطة بين المدينتين المذكورتين لأكثر من 12 مرة شملها تفتيشا دقيقا للأمتعة عند المدخل الجنوبي لسد المراقبة بمدينة بوجدور المحتلة.
http://upes.org/body1.asp?field=sosio&id=5101
بان كي مون يقرر تعيين المصري هاني عبد العزيز ممثلا خاصا له بالصحراء الغربية
07/10/2009
قرر بان كي مون تعيين المصري هاني عبد العزيز ممثلا خاصا له بالصحراء الغربية وعلى رأس المينورسو
وقال بان كي مون في رسالة وجهها مساء أول أمس الاثنين إلى رئيس مجلس الأمن "أنوي تعيين السيد هاني عبد العزيز ممثلا خاصا لي" في الصحراء الغربية وعلى رأس المينورسو و"ذلك بمفعول فوري".

وكان هاني عبد العزيز الذي كان مكلفا حتى الآن باللوجيستيك ضمن بعثة الأمم المتحدة بجمهورية الكونغو الديمقراطية، قد عمل أيضا في بعثات الأمم المتحدة بكل من السودان والتشاد وجمهورية أفريقيا الوسطى.

وبدأ مساره المهني في الأمم المتحدة كمترجم بجنيف سنة 1981 بعد ما خدم في صفوف الجيش المصري لمدة 15 سنة برتبة عقيد.

وعبد العزيز، المزداد سنة 1946 ، حاصل على دبلوم من الأكاديمية العسكرية المصرية وعلى دبلوم في علوم الاقتصاد من جامعة القاهرة.
هشبرس ( بتصرف )ء

Tuesday, October 06, 2009


رئيس الجمهورية ينبه إلى خطورة تناقص وتيرة الإنجاب لدى الشعب الصحراوي
مدرسة 27 فبراير (مخيمات اللاجئين) 6 أكتوبر 2009(واص)- كشف رئيس الجمهورية السيد محمد عبد العزيز، في ختام الندوة الوطنية حول التكاثر بالمجتمع الصحراوي بأن ربع ما أنجبته المرأة الصحراوية في ديار اللجوء من الذكور خلال عقد واحد أكثر من عدد شهداء الشعب الصحراوي خلال أزيد من ثلاثين سنة، منبها إلى خطورة تناقص وتيرة الإنجاب منذ سنوات وقف إطلاق النار.

وحض رئيس الجمهورية على ضرورة الإنجاب مهما كانت العقبات المادية والضغوط التي تطال المجتمع محذرا من سياسة العدو الرامية إلي إفراغ المنطقة من طاقتها الحية والقضاء عليها بالتهجير في ظل إغراق المنطقة بالمستوطنين المغاربة حيث ان كل صحراوي يقابله ستة مغاربة في المناطق التي يديرها المغرب من الصحراء الغربية.

إلى ذلك صادقت الندوة التي استغرقت يوما واحدا، على جملة من الإجراءات لتذليل العقبات في طريق التكاثر والزواج ضمن خطة تروم تفعيل التحسيس ومحاربة المظاهر غير السوية التي تعلق بمسيرة الشعب الصحراوي وبالمجتمع بصفة عامة.

وأعرب الرئيس محمد عبد العزيز عن امتنانه للنجاح الكبير لهذه الندوة والذي عكسه كما قال الحضور ومستوى المداخلات والورشات والأرضيات المقدمة لهذه الندوة وكذلك جدية النقد وموضوعية المناقشة.

وتميزت الندوة التي حضرتها إطارات سامية في الدولة بالإضافة إلى وفد عن جبهة الأرض المحتلة والجالية الصحراوية بالمهجر وكذا وفود من اسبانيا، المانيا، الاتحاد الافريقي ، جنوب افريقيا بعديد المداخلات التي أثراها وفد نشطاء انتفاضة الاستقلال واعضاء القيادة الوطنية في الأمانة والحكومة إلى جانب عمل ورشات العمل التي سبق ان شكلها مجلس الوزراء تحضيرا للندوة خلال النصف الثاني من الشهر الماضي.
واستمعت الندوة لمداخلات و مساهمات من الأرض المحتلة ورسالة من داخل سجن تيزنيت عن لمعتقلين السياسيين الصحراويين في سجون الاحتلال، وأصدرت توصيات ووجهت رسائل وبيان ختامي وقررت تشكيل لجان عمل لتعميم نتائجها في كل الولايات والمؤسسات الوطنية http://www.spsrasd.info/ar/detail.php?id=7181
Assemblée générale
CPSD/422

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York
Quatrième Commission
Soixante-quatrième session
2eséance – après-midi

QUATRIÈME COMMISSION: DES DÉLÉGATIONS S’INQUIÈTENT DU MANQUE DE PROGRÈS DANS LA DÉCOLONISATION ET DÉNONCENT LA SUSPENSION DES INSTITUTIONS LOCALES DANS LES ÎLES TURQUES ET CAÏQUES

La Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) a entamé cet après-midi l’examen de la situation des 16 derniers territoires non autonomes*, en particulier les Îles Turques et Caïques, les Îles Falkland (Malvinas) et le Sahara occidental.

La fin de la Deuxième Décennie internationale pour l’élimination du colonialisme étant fixée à l’année prochaine, le Président du Comité spécial, dit Comité des Vingt-Quatre, a, à l’instar de plusieurs délégations, reconnu l’absence de progrès. Au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le représentant de Saint-Kitts-Et-Nevis a déploré que la question de la décolonisation soit passée « d’un chantier inachevé à un chantier négligé en raison d’un vide politique ». L’Assemblée générale doit se préparer à lancer une troisième décennie, a renchéri le représentant de l’Indonésie.

La situation dans les Îles Turques et Caïques a retenu l’attention de plusieurs délégations. Comme d’autres, le représentant de Saint-Kitts-Et-Nevis a déploré la décision de la puissance administrante, le Royaume-Uni, de dissoudre le Gouvernement et le Parlement, de suspendre le droit d’être jugé en présence d’un jury et de rétablir le pouvoir direct de Londres. « Nous réitérons notre opposition à cette position qui est un pas en arrière », s’est indigné le représentant.

Dans son droit de réponse, le représentant du Royaume-Uni a indiqué que la suspension des institutions locales a été motivée par des cas de corruption. Le Royaume-Uni, a-t-il assuré, souhaite voir des élections au plus tard en juillet 2011.

Le représentant du Royaume-Uni s’est également exprimé sur la question des Îles Falkland (Malvinas), réaffirmant la souveraineté de son pays sur ce territoire, une souveraineté qui a été contestée par l’Argentine, appuyée par les délégations de l’Amérique latine.

Dans son droit de réponse, le représentant argentin a exprimé la disposition de son pays à reprendre les négociations sur ce différend alors que son homologue du Royaume-Uni avait déjà souligné que son pays n’imposerait pas l’indépendance à un territoire d’outre-mer qui ne la revendique pas.

La situation au Sahara occidental a également été commentée par plusieurs délégations qui se sont dites préoccupées par les violations des droits de l’homme du peuple sahraoui.
lire la suite: http://www.un.org/News/fr-press/docs/2009/CPSD422.doc.htm

Monday, October 05, 2009

police du maroc: tourture dans une fourgonette

la video a été supprimé de youtube pour cacher la vérité, la revoila sur blogger

تعذيب متهمين تم تجريدهم من الملابس داخل سيارة الشرطة

video


الشريط صوره أحد رجال الأمن يعمل بالمنطقة الأمنية الثانية التابعة لولاية أمن فاس، يظهر تعذيب متهمين تم تجريدهم من الملابس داخل سيارة الشرطة. ويتعلق الأمر بالشبان الأربعة الذين اعتقلوا يوم 15 شتنبر الماضي، وتم تطويفهم على مختلف الأحياء الشعبية بفاس، مما أثار انتقادات حقوقية لعملية التطويف التي تمت خارج القانون، ودون إذن من النيابة العامة، ليأتي الشريط ويفضح كيف تحولت سيارة الشرطة إلى مكان للتعذيب

Sunday, October 04, 2009


نجل بنبركة يدين إلغاء قرار اعتقال أمنيين مغاربة
هسبريس - وكالات 05/10/2009
عبر نجل المعارض المغربي المهدي بن بركة الذي اختفى في باريس سنة 1965، أول أمس السبت عن غضبه لقرار نيابة باريس الجمعة تعليق مذكرات التوقيف بحق أربعة مغاربة في التحقيق حول اختفاء والده.
وصرح بشير بن بركة لفرانس برس قائلا: "إنها مسخرة. وزارة تتراجع بعد 24 ساعة عن قرارها، إنه دليل فاضح ووقح على ممارسة حق الدولة في حجب المعلومات
".
وطلبت نيابة باريس الجمعة تعليق إصدار أربع مذكرات توقيف بحق الضباط، مع أن وزارة العدل وافقت عليها قبل أيام موضحة أن الشرطة الدولية (الإنتربول) طلبت إيضاحات إضافية. وقد وقع القاضي الفرنسي باتريك رامايل في أكتوبر 2007 تلك المذكرات لكن اللإنتربول لم تعلنها حتى الأيام الأخيرة قبل تعليقها.
وصدرت المذكرات بحق الجنرال حسني بن سليمان قائد الدرك الملكي والجنرال عبد الحق القادري المدير السابق للإدارة العامة للدراسات والمستندات (الاستخبارات العسكرية) وميلود التونسي المدعو العربي الشتوكي العضو المفترض في فرقة كومندوس يشتبه في أنها خطفت بن بركة، وعبد الحق العشعاشي العضو في وحدة سرية تابعة للاستخبارات المغربية.
وأعلن بشير بن بركة: "لا نعلم ما يخفي هذا التراجع، هل عارض قصر الإيليزيه (الرئاسة الفرنسية) وزيرة العدل؟ هل ثمة إرادة في البحث عن الحقيقة؟ وإذا كان ذلك حقا يجب أن يقال".
واعتبر أن "القضاء الفرنسي يواجه في هذا الملف مصالح الدول الكبرى"، وأن "الحكومات الفرنسية والمغربية المتوالية لم تستطع حسم القضية ولا حتى مساعدة العائلة والقضاء للوصول إلى الحقيقة".
ويأتي هذا التطور في قضية بن بركة بعد أيام قليلة من زيارة قام بها وزير الداخلية الفرنسي بريس أورتفو للمغرب استغرقت ثلاثة أيام التقى خلالها نظيره المغربي شكيب بنموسى ومسؤولين مغاربة آخرين.
ولم يصدر أي تعليق من السلطات المغربية على ذلك التطور، لكن مصدرا مقربا من وزارة العدل المغربية قال "إنها قصة قديمة تظهر على السطح كلما كان هناك طرف خفي يريد الإساءة إلى العلاقة بين المغرب وفرنسا".
في المقابل سارعت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان إلى مطالبة السلطات المغربية "بتقديم كل المعلومات التي بحوزتها لإلقاء الضوء كاملا" على قضية اختطاف بن بركة.
وقد اختفى زعيم المعارضة المغربية في المنفى المهدي بن بركة في 29 أكتوبر 1965 أمام مطعم ليب في قلب باريس خلال عملية قامت بها الاستخبارات المغربية بالتواطؤ مع شرطيين ومجرمين فرنسيين. ولم يتم حتى الآن توضيح هذه القضية بشكل كامل رغم تحقيقين قضائيين، ولم يعثر على جثة المهدي بن بركة كما لم يتم تحديد ظروف وفاته
/brice-hortefeux-decore-au-royaume-de-la-torture,8960.html#

Sahara occidental : Abdelaziz appelle à une intervention “urgente” de l'Onu pour protéger les civils sahraouis
Le président sahraoui, M. Mohamed Abdelaziz, a appelé à une intervention "urgente" des Nations unies, en vue de protéger les civils sahraouis "sans défense" dans les territoires occupés du Sahara occidental "contre la répression marocaine". Dans un message adressé au secrétaire général de l'Onu, M. Ban Ki-moon, le président de la République arabe sahraoui démocratique (RASD) a plaidé pour la mise en place d'un mécanisme "propice" pour "la protection et le contrôle des droits humains, afin de garantir aux citoyens de jouir de leurs droits les plus élémentaires", rapporte hier l'agence de presse sahraouie (SPS). Il a également réitéré son appel pour la libération "immédiate et inconditionnelle" des prisonniers politiques sahraouis, à leur tête Mohamed Elhafed Jaaza, qui purge une peine de quinze ans, dénonçant, par la même occasion, les "lourdes peines" prononcées par un tribunal marocain à El Ayoun occupée, à l'encontre des citoyens sahraouis Mohamed Borcan, Dkhil Hamza et Jdey Abdallahi. Le président sahraoui a, en outre, condamné la décision de l'université de Settat (Maroc) privant deux étudiants sahraouis de poursuivre leurs études, en raison de "leur opinion politique en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui", ajoute la même source. Les deux étudiants concernés, arrêtés en décembre de l'année passée, sont toujours détenus dans les prisons marocaines en attente d'être jugés, rappelle la même source.
Répression au Sahara Occidental : trop c’est trop !
dimanche 4 octobre 2009/popularité : 100%
Par Aline Pailler
L’envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara Occidental, Christopher Ross, a réuni le 11 août en Autriche des délégations du gouvernement marocain et du Front Polisario pour préparer un cinquième round de négociations en vue de la mise en œuvre des résolutions des Nations Unies pour l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental occupé depuis 1975 par le Maroc en toute illégalité comme l’a confirmé la Cour Internationale de Justice de La Haye.

Quelques jours plus tard, les autorités marocaines ont poursuivi leur politique de répression contre la population sahraouie des territoires occupés. Black-out, emprisonnements, tortures, disparitions, maisons dévastées sont le lot quotidien des Sahraouis. Les associations sahraouies sont interdites. Les étudiants sahraouis dans les universités marocaines subissent également la répression. Les procès se multiplient, notamment contre les défenseurs sahraouis des Droits de l’Homme, avec de lourdes condamnations. Pour avoir participé à des manifestations pacifiques, les 9 membres du groupe dit de "Mohamed Yahia" ont été condamnés à des peines de prison ferme de 1, 4 et 15 ans. Ennaâma Asfari, défenseur sahraoui des Droits de l’Homme et co-président du CORELSO, a été arrêté le 14 août pour détention d’un porte-clés avec le drapeau sahraoui. Après avoir été tabassé par les policiers, il a été emprisonné puis condamné à 4 mois de prison ferme pour "outrage à agent public". C’est sa troisième condamnation en raison de "son militantisme en faveur du Sahara occidental", comme l’a souligné l’association américaine Human Rights Watch.

Du 15 au 18 septembre, des centaines de Sahraouis (notamment des jeunes et des femmes) ont manifesté de façon pacifique dans de nombreuses villes du Sahara Occidental (Boujdour, El Aaiun, Smara) pour exprimer leur refus de l’occupation marocaine et leur volonté de faire respecter leur droit à l’autodétermination conformément aux résolutions des Nations unies. Les forces de police marocaines ont réagi avec brutalité comme en témoignent les photos et reportages transmis par les militants sahraouis sur Internet ainsi que les témoignages des observateurs internationaux qui ont assisté aux procès des militants sahraouis. Hommes et femmes blessés et torturés, enlèvements, maisons saccagées. Cette nouvelle vague de répression a été suivie par des arrestations arbitraires, de nouveaux procès avec des condamnations à de lourdes amendes et de la prison ferme.

La situation dramatique du peuple sahraoui interpelle l’opinion publique mais encore faudrait-il qu’elle soit informée ! Les principaux médias ne voient rien, n’entendent rien, ne disent rien ! Jusqu’à quand resteront-ils indifférents ? Les articles, les reportages ne manquent pas sur la chute du mur de Berlin mais pas un mot sur le mur marocain de 2700 km dans le désert qui sépare les familles sahraouies ! Le gouvernement français et l’Union Européenne, qui n’arrêtent pas de donner des leçons de démocratie, sont également sourds, aveugles et muets !
Le CORELSO exprime sa solidarité aux victimes de cette violente répression et condamne toutes les violations des Droits de l’Homme au Sahara Occidental occupé. La communauté internationale ne peut pas rester spectatrice et apathique.
Face à la gravité de la situation, le CORELSO appelle les associations des Droits de l’Homme, les partis politiques, les syndicats ainsi que tous les citoyens soucieux de la défense des Droits de l’Homme et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes à intervenir auprès du gouvernement français, des autorités européennes et des instances internationales pour exiger :
** L’arrêt de la répression et le respect des libertés fondamentales dans les territoires occupés du Sahara Occidental. ** La libération des prisonniers politiques sahraouis. ** L’inclusion dans les compétences de la mission des Nations unies pour le Sahara Occidental (MINURSO) de la protection de la population sahraouie contre la répression. **La tenue d’un référendum d’autodétermination pour permettre au peuple sahraoui de décider de son avenir en toute liberté.
Pour briser le silence des médias, vaincre la complaisance et la complicité de certains gouvernements à l’égard du Maroc ainsi que l’inertie des Nations unies, le peuple sahraoui des camps de réfugiés et des territoires occupés a besoin de tout notre soutien jusqu’à la victoire.
Aline Pailler co-présidente du CORELSO
CORELSO Forum Social Ivryen 10 Promenée Gérard Philipe, 94200 Ivry-sur-Seine corelso@yahoo.fr
http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article11799

Friday, October 02, 2009





المعتقلون السياسيون بالسجن لكحل يعلنون دخولهم في اضراب مفتوح عن الطعام ابتداء من يوم الاثنين القادم2009/10/02 رسالة إخباريةالعيون /الصحراء الغربية
أقدم مدير السجن لكحل بمدينة العيون مساء أمس الخميس على منع عائلة المعتقل السياسي الصحراوي بشري بن طالب عضو رابطة حماية السجناء الصحراويين بالسجون المغربية ،من زيارته دون أن يعطي سببا لهذا المنع الغير قانوني ، وحسب إفادة العائلة فليست هذه المرة الأولى التي يقدم فيها مدير السجن على هذا النوع من التجاوزات حيث أن هذا الإجراء يطال كل عائلات المعتقلين السياسيين ، إضافة إلى التنكيل بهم واهانتهم أمام السجن وتعذيب أبنائهم بسبب مواقفهم السياسية من قضية الصحراء الغربية.

وقد أفادت بعض المصادر من السجن لكحل لرابطة حماية السجناء أن المعتقلين السياسيين الصحراويين قرروا الدخول في إضراب مفتوح عن الطعام ابتداءا من الاثنين المقبل 05أكتوبر2009احتجاجا على الحالة المزرية التي يعيشونها داخل السجن والقمع الممنهج والتعذيب الذي يطالهم من طرف مدير السجن المدعو عبد الإله الزنفوري رفقة بعض الموظفين ،كما يطالبون بمعاملتهم كمعتقلين سياسيين وعزلهم عن سجناء الحق العام ،السماح لهم بالهاتف، والسماح لعائلاتهم وذويهم بالزيارة ، وفتح تحقيق في التعذيب الذي يتعرضون له داخل السجن ،كما يحملون المسؤولية الكاملة للدولة المغربية في كل ما قد يترتب عن هذه الخطوة الخطيرة من عواقب على صحتهم ،موجهين في نفس الوقت نداءا عاجلا إلى كل المنظمات الدولية من اجل مؤازرتهم والضغط على الدولة المغربية لاحترام حقوق الإنسان في الصحراء الغربية.
رابطة حماية السجناء الصحراويين بالسجون المغربية
http://asvdh.net/3061
الطلبة الصحراويون بمراكش يدينون حرمان زميلين لهما من الدراسة بسبب موقفهما من القضية الصحراوية
مراكش (المغرب) 1 اكتوبر 2009(واص)- أعرب الطلبة الصحراويين بجامعة مراكش يوم الأربعاء عن إدانتهم الشديدة لحرمان اثنين من زملاءهما نهائيا من الدراسة بحجة تواجدهما في السجن بسبب مواقفهم السياسية من قضية الصحراء الغربية.

ووصف الطلاب الصحراويين بمراكش في بيان لهم هذه الخطوة التي أقدمت عليها جامعة الحسن الأول بسطات المغربية من خلال طرد، ابراهيم برياز واعلي سالم ابلاغ ب"الجبانة"، مؤكدين أن هذا الفعل يعتمد على حجج واهية ليست لها مبررات قانونية.

و اسند الطلبة سبب الإجحاف في حق الطالبين الصحراويين إلى مواقفهما السياسية من خلال" مطالبتهما بحق الشعب الصحراوي في تقرير المصير".

وفي هذا الإطار جدد الطلبة الصحراويين تشبثهم بحق الشعب الصحراوي في تقرير المصير والاستقلال التام، وتضامنهم مع كافة المعتقلين السياسيين الصحراويين في السجون المغربية، مطالبين المنتظم الدولي وكال الضمائر الحية لمنع الدولة المغربية من انتاك حقوق الطلاب الصحراويين.
http://www.spsrasd.info/ar/detail.php?id=7146